Ce soir, un article coup de gueule contre les clichés qui nous entourent, pire, qui semblent être acceptés par une majorité... Petit florilège de ces clichés:

- "ceux qui se suicident sont égoistes et laches" : Ceux qui se suicident sont DESESPERES, et généralement, ils pensent bien à leurs proches avant, mais la douleur est trop forte... Le suicide est un appel à l'aide, c'est difficile à croire, mais certains gardent le maigre espoir de le rater pour pouvoir recommencer une nouvelle vie.

-"les dépressifs ne font pas d'efforts pour s'en sortir": As-tu déjà essayé d'avancer avec les pieds attachés au sol? C'est impossible. Le dépressif, c'est pareil, il veut s'en sortir, mais dans son esprit, il y a cette petite voix parasite qui lui répète h24 qu'il est bon à rien et qu'il devrait se suicider.

-"les violées l'ont cherchées!" : Même avec une robe un peu courte, même celles qui frôlent l'indécence, aucune fille ne cherche, ne mérite le viol... C'est la faute uniquement du mec qui se croit tout permis, qui prend son fantasme pour une réalité: ami, père, frère, petit-copain... Il n'y a pas de portrait-type de violeurs, comme il n'y a pas de portrait-type de victime... On est toutes susceptibles de subir un jour des attouchements, des regards déplacés, un viol... Notre seule erreur: être un être humain sexué.

-"les feministes, c'est des sorcières!": Le cliché est tenace, celui de la feministe castratrice, qui brule son soutien-gorge en place publique... Je peux dire fièrement que je ne suis pas comme ça... Une feministe peut être douce, aimante envers les hommes, sensuelle... Il suffit juste qu'elle ne se soumette pas complètement à son mari en lui faisant ménage, repassage... Et qu'elle défende le droit de toutes les femmes...

-"les pd, c'est contre-nature": D'abord, on dit "homo" ou "homosexuel"... Puis rappelons que certains psychologues émérites (dont Dolto, qui en a étalé tellement des couches que c'est bizarre...) ont démontrés qu'on a presque tous une période "homosexuelle" dans notre vie, surtout à l'adolescence. Certain(e)s décident de réprimer ce côté-là, d'autres décident d'accepter leur "différence", même si c'est avec difficulté.

Voilà, c'était quelques clichés qui commencaient sérieusement à m'entacher le moral... Méfions-nous des jugements trop rapides.

Retour à l'accueil