Le harcèlement scolaire peut avoir des conséquences néfastes insoupçonnées dans certains domaines de la vie... Prenons exemple avec moi...

- Il a ruiné une partie de ma vie amoureuse: au collège, à l'époque des premiers émois, et premiers dépucellage (non ce n'est pas une polémique: certains collégiens font leur première fois avant 14 ans, combien, je n'en sais rien...), j'essayais vainement de conquérir les beaux mecs... Il y avait les rateaux: rires, "t'es sympa mais..."... Mais il y avait aussi les amis des beaux mecs... Et pourquoi les mecs que je convoitais étaient si mal entourés??? Si j'avais le malheur de lui demander de sortir avec moi, en présence d'un pote, réputation faisant: je me faisais moquer, lyncher par le groupe de potes... Et bien sûr, le mec convoité sourit et au lieu de s'excuser de la connerie de ses potes, rit avec eux... C'était moi, la "moche" qui commettait l'affront de vouloir sortir avec un "beau mec". Ils ne s'imaginent pas tout le courage dont j'ai du faire preuve pour surmonter ma timidité et aller lui demander de sortir avec moi! Qui se ressemble, s'assemble... J'ai rarement regretté ces mecs, car plus tard, je me rendais toujours compte qu'ils n'ont que la beauté...

Mais résultat: De moins en moins de courage d'aborder un mec...

- Il a ruiné ma garde-robe: plus de 100 euros dépensés pour faire "passe-partout", avoir un semblant de mode, pour espérer créer un semblant de popularité... Finalement des habits qui n'ont pas empéchés les moqueries, et qui ne me plaisaient pas: du GACHIS!

-Il m'a provoqué des angoisses d'abandon: on dit que les angoisses d'abandon naissent pendant la petite enfance, dans mon cas, elles sont revenues en force durant l'adolescence... Avez-vous déjà "collée" une amie pour ne pas qu'elle s'en aille? Pour qu'au final elle en ai marre et s'en aille quand même? Moi oui, je ne sais pas si on peux appeler ça de la jalousie: mes amies, je ne les partage pas, et je supporte mal leur petits-copains... C'est la peur qu'elles me quittent et que je reste seule, face au monde. La peur qu'elles finissent par me détester et se moquer de moi... La peur qu'elles soient hypocrites et qu'elles me lynchent dans mon dos... La peur de devoir rompre une amitié, la peur qu'elles me disent mes 4 vérités et que ce soit tellement opposé à ce que je pense de moi, que ça me détruise...

-Ca m'a développé une tendance à entendre les mots désagréables dans une foule bruyante: je suis peut-être devenue paranoiaque, mais quand je suis dans une foule bruyante, je suis plus capable d'entendre des mots comme "moche", "conne", "débile" que d'autres... Je suis constamment sur mes gardes à écouter si c'est de moi dont on dit du mal... Ca peut paraitre paranoiaque, mais certaines fois mes doutes ont étés confirmés.

- J'ai les aisselles irritées: là, certaines filles me comprennent... On m'a tellement surnommée "chewbacca" avec mes poils sous les bras, que ça en a viré à l'obcession, au point de me raser jusqu'au sang...

Finalement, la conclusion de ces conséquences farfelues, c'est que quoi que tu fasses, les rageux ragent, les moqueurs se moquent... Alors, le plus important, c'est d'être en accord avec ce que tu es, et non ce que tu penses être... Car quand on est harcelé, ce qu'on pense être dépend de ce que le harceleur pense que nous sommes. C'est pas parce qu'on est moqué, que les moqueries sont "justes".

Retour à l'accueil