Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-09-12T16:13:11+02:00

Pourquoi on ne les croit pas?

Publié par Luna-Verde

Aujourd'hui, je vais vous parler de quelque chose qu'on fait presque tous: refuser de croire une victime d'attouchements ou viol...

Alors oui, certains vont monter sur leur grands chevaux en disant "Oui mais moi je les crois!". Arrêtez! Réfléchissez un peu, quand une victime vous a confié son viol, vous l'avez réellement crue du premier coup? Je pense que non, et ce déni est normal, d'autant plus si vous connaissez l'agresseur! Pourquoi? Parce qu'on a été élevé dans l'idée que nos proches, nos ami(e)s, nos collègues, nous veulent tous du bien, et que le "méchant" (qui risque de nous agresser, nous faire du mal...) est l'étranger qu'on croise dans une rue sombre. Alors, quand un de nos proches devient l'agresseur, que ce soit un pote de soirée ou notre père, on a du mal à croire que les bons moments passés ensemble étaient pour la victime, des moments de souffrance cachées, ou une façade pour cacher le crime qu'il fera par la suite. Mais, que faire de ces bons moments passés, après la tornade de la révélation? L'agresseur était-il "pourri" dès le début? C'est pour ça qu'on ne croit pas la victime, parce qu'on a du mal à croire que l'agresseur pouvait être sympa avec vous et être une ordure (l'utilisation du féminin est voulu, pour souligner qu'il y a aussi des femmes qui attouchent, même si elles sont plus rares) avec votre ami(e)/soeur/frère/cousin(e)/tante/oncle/mère/père....

Maintenant, on a jamais dit que les proches (qui sont les confidents de la victime) dormiraient toujours aussi bien après la révélation! Des longues nuits à se demander: "j'ai vraiment vécu des moments heureux avec un violeur? Et si ça avait été moi?"

Et pour ceux qui ne connaissaient pas bien l'agresseur: ils ont du mal à croire les victimes, parce que l'agresseur est rarement quelqu'un avec une mauvaise image sociale, c'est rarement quelqu'un de détestable au prime abord! Que voulez-vous, il faut bien cacher le crime derrière une image de "quelqu'un de bien"!

Alors, si une victime se confie à vous, prenez du recul, tournez votre langue 7 fois dans votre bouche pour ne pas sortir un cliché ("oui mais tu l'as cherché", "t'as vu comment tu t'habilles aussi?"...), prenez du temps pour l'écouter, la consoler... Elle a besoin d'une oreille, pas d'un juge!

Voir les commentaires

commentaires

Rosa Carmon 28/01/2017 01:23

Belle analyse, intelligente.
Je suis d'accord aussi avec le commentaire d'Iron Calimero.

Iron Calimero 13/09/2016 10:12

Vrai. Avec ça, on a la culture du viol, l'idée reçue selon laquelle la victime a "provoqué" l'agression... Sérieux, quand on porte plainte pour vol de voiture, les gens ne disent pas: "de quelle couleur était ta caisse? Rouge? C'est voyant, tu cherchais les ennuis!"

Bonne journée.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog