Aujourd'hui, je vais vous parler d'une mini série humouristique qui passe sur w9 régulièrement: La petite histoire de France.

Le pitch est simple: on suit le quotidien de cousins éloignés de grands personnage de l'histoire.

Rénata, la cousine éloignée de Napoléon, son mari Jean, aubergistes à Paris.

Monsieur le comte de la roche saint-pierre, cousin de Louis XIV, exilé par le roi dans un petit château de province où personne ne connait les folies de Versailles, et sa femme.

François D'Arc, chevalier bourru et cousin de Jeanne D'Arc, et sa femme Ysabeau.

Pourquoi j'aime cette série?

1) On y voyage dans le temps. Je ne sais si les dates, les costumes correspondent vraiment à leur époque, mais l'effort est là.

2) On DOIT voyager, voir chaque époque indépendamment l'une de l'autre, sous peine de ne pas saisir l'humour. Quand on regarde un couple, on doit penser à l'époque dans laquelle ils vivent, et là on saisit les situations cocasses. Les personnages correspondent avec délice aux clichés qu'on a de leur époque, mais bien souvent, ils s'en amusent.

Ainsi:

Rénata est naïve et romantique. Jean est passionné par Napoléon. Ils ont tous les deux un esprit pratique (pas dépenser de sous inutiles, parfois à la limite de la malhonnêteté), ils ne comprennent pas la passion de leur fils pour le théâtre et son envie de se marier par amour et pas par interêt.

Monsieur de la roche Saint Pierre est tout simplement déconnecté de la réalité du petit peuple, veut garder les us et coutumes de la cour. Sa femme comme le cliché de la noble à Versailles, fait de la musique, elle joue horriblement mal mais l'étiquette de la cour, interdit à tout le monde de le lui dire, elle déteste sa mère, et sa fille la déteste. Et ils sont incapables de coucher ensemble comme à l'époque: sans plaisir et juste pour procréer. Ce qui les rend coutumiers de la confesse... Avec un Abbé porté sur la boisson qui déteste cordialement leur fidèle domestique Frémont.

François D'Arc est le cliché du chevalier: bourru, un peu bête, qui boit, qui se bat tout le temps, qui crame des sorcières... Mais il est marié à une femme avec un fort caractère, un peu féministe avant l'heure, qui ne veut pas d'enfants pour ne pas mourir en couche et le mieux: il la respecte quand même et la protège (à une époque où on pense que les hommes étaient violents envers toutes leurs femmes)... Et bien sûr, il veut libérer Jeanne au main des Anglais.

Bien sûr, décris comme ça, ils peuvent donner peu envie mais:

3) Les efforts des scénaristes/costumiers...

Les univers de chaque couple reflètent l'image qu'on a de leur époque, de leurs costumes... Les histoires sont réfléchies, les personnages sont attachants, on a envie de tout connaitre: leurs vies, pourquoi et comment ils ont perdus le contact avec leur cousin(e).... Frémont, serviteur loyal qui regarde tout de son oeil impassible, Catherine la veuve villageoise qui voudrait sans doute être un homme, Le Cloalec'h le client breton toujours serviable, gentil et honnête, de l'auberge, victime du racisme anti-breton de Jean....

Cette série ne vous fera peut être pas rire aux larmes, mais vous donnera peut être envie de rouvrir vos livres d'histoires pour comprendre pourquoi les sketchs sont drôles. Cette série n'est pas accessible à tous, en tout cas, pas à ceux qui veulent voir des situations qui ressemblent à leur quotidien. Mais si vous voulez passer un bon moment, essayez-là, moi je valide!

La petite histoire de France
Retour à l'accueil